samedi 20 juillet 2013

Chez Pablo Neruda

La Sebastiana, la maison que Pablo Neruda occupa à la fin de sa vie à Valparaiso peut être visitée.
Je le découvre grâce au blog de Martine et Patrick partis en Amérique du sud sur les pas de leurs enfants depuis quelques semaines.

Dans le dernier article, une photo que je leur emprunte, celle du lit de Pablo Neruda, recouvert d'un dessus de lit manifestement réalisé au crochet. Je ne sais s'il est d'origine, en tout cas le voici :


"Sobrement installé à l'attique, le bureau s'ouvre à tous les vents. A l'étage en dessous, quasiment suspendu dans le vide, collé contre la baie vitrée, le lit surplombe Valparaiso, ses habitations bariolées, son port et l'océan. L'extraordinaire situation de "La Sebastiana", la demeure où Pablo Neruda (1904-1973) s'installa dans les années 1960, laisse penser que quiconque vivant ici quelque temps pourrait être saisi d'une inspiration comparable à celle du poète. Las, la maison n'est pas à louer et il est même interdit de s'allonger sur le lit ou de s'asseoir devant le bureau."

extrait de : LE MONDE | 20.01.2010 à 16h48 • Mis à jour le 28.01.2010 à 08h31 |
Par Jean-Louis Aragon - Valparaiso, Vicuña (Chili) Envoyé spécial


mercredi 17 juillet 2013

Niamakoudji !


De Bias Vegas, je ramène, entre autres choses, le niamakoudji.
C'est une boisson très prisée en Côte d'Ivoire, faite de gingembre, de citron, d'eau et de sucre, pour la recette la plus simple. Très désaltérante, elle est aussi délicieuse ... pour qui aime le gingembre.
Niamakou : gingembre - Dji : jus


La recette :

1 gros tubercule de gingembre
2 citrons
sucre en poudre
1,5 litre d'eau

Peler et broyer le gingembre au robot. Mettre la pulpe dans un saladier, ajouter 1 litre d'eau minérale, mélanger, laisser macérer 4 h au frigo.
Passer au chinois et extraire le jus des fibres de gingembre en pressant dans la main.
Ajouter le jus des citrons. Diluer avec l'eau restante. 
Ajouter le sucre selon son goût.
On peut ajouter des feuilles de menthe et/ou de la cannelle.

Boire frais.

Pour ma part, j'ai un peu oublié la macération dans le frigo, et j'ai dû ajouter 1,5 litre d'eau supplémentaire parce que c'était un peu fort de gingembre.


lundi 15 juillet 2013

Grains de sable

Un petit déplacement sur la côte samedi pour accrocher quelques peintures.
Avec ce beau temps, j'en ai profité pour faire un "pèlerinage", un tour à la plage où j'allais quand j'étais ado ... où je n'avais pas mis les pieds depuis .... au moins 30 ans.


Ah ben oui, c'est une plage naturiste ... enfin, autorisée au naturisme, parce qu'on peut rester en maillot si on préfère. A l'époque, il n'y avait pas encore cet aménagement de bois, et il fallait traverser la dune dans le sable : une fois arrivé au bord de l'eau, on était tout transpirant et il ne tardait qu'une chose, se baigner.



Il n'y avait pas de bar non plus, ni de poste de surveillance de baignade.
Pas grand monde pour un samedi matin : c'est bien cool.




L'océan sans une vague, le pied.



Et l'eau était tellement bonne ... que je m'y suis baignée :o)


Vers le nord ... encore moins de monde.


Mmmmh, les pieds dans le sable fin, quelle délicieuse sensation, je l'avais presque oubliée.


Là bas, au sud, c'est "Hos'gor Beach" comme ils disent ... les branchés. C'est que nous sommes en fait  à la plage naturiste d'Hossegor, qu'on appelait "les culs blancs" quand on était gosses.


Je serais bien restée la journée, mais il faut repartir, juste une heure et demie de récré, pas plus.






Immortelles des sables, au parfum de vieux placard et de foin ... que j'aime beaucoup, une de mes madeleines ...


Les "herbes à pompons" dont ma mère, à 75 ans, continue à faire des bouquets, comme quand nous étions petits.

Pour finir, je vous propose cette vidéo, un film du Conseil Général des Landes qui m'émeut beaucoup chaque fois que je le regarde ... "ô mon païs"

Bonne balade !



jeudi 11 juillet 2013

Explosition

A Bias Vegas, on s'est bien explosés pendant 10 jours, du 21 au 30 juin.
Explosition, un festival qui a lieu tous les deux ans dans un village différent, cette année c'était à Bias (près de Mimizan) transformé en Bias Vegas par une équipe de fous furieux, et surtout talentueux et courageux artistes officiels ou non, bénévoles, amis, ... d'affronter la pluie pendant la plus grande partie des travaux, j'ai nommé l'association Art Rythme Ethique et consort.


Je ne vous montrerai pas les qlques 250 photos que j'ai faites, auxquelles ne vont pas tarder à s'ajouter celles des autres participants, mais j'ai bien envie de vous en livrer quelques unes. J'ai sélectionné celles qui montraient l'aspect "fringues", bien que ça ne soit pas mon violon dingue, mais comme on parle  souvent tricot et couture par ici c'est un bon petit prétexte.


Tout d'abord, Mier, sculpteur, a dégoté la panoplie du parfait guitariste des 70's. Nous nous sommes déguisés pour l'inauguration, et certains on continué les jours suivants, tellement c'était cool.


Une veste mauve au crochet parfaite sous une merveille de moumoute brodée ... (j'avais la même qd j'étais ado : inutile de vous préciser combien je la regrette).


Lidia, secrétaire de l'asso


a elle aussi dégoté une veste au crochet.


La traîne du manteau de la reine, manteau spécialement réalisé pour l'occasion.


Une reine-présidente Quitterie, plasticienne, en plein discours à côté de Julien, sculpteur.


Trèèèèès belle veste jaune.


Emilie, qui d'habitude monte ses poneys à cru et marche pieds-nus, nous fait sa bimbo.


Yaya, poètesse, sculpteuse de mots, en Femen libérée.


Super Mylène, de tous les combats, de tous les chantiers, increvable, et d'une bonne humeur inattaquable.


Max, un des plus jeunes de la troupe, jongleur et cracheur de feu, a trouvé le chapeau de fou qui lui va si bien.


Mylène en flagrant délit de fabrication de crème au chocolat pour crêpes, avec son boléro en plumes d'autruches ...


... et ici, surprise dans sa cabine téléphonique perso portant son beau pull irlandais feutré par accident, mais du coup, tellement protecteur du froid et de la pluie.


Retour sur Yaya en tunique de dentelle.


Marie sonorisatrice, guitariste et chanteuse, porte un beau sarouel orange.


Ali, chanteuse du groupe Populus.


 Quitterie dans le plus pur style Kusturika le retour ... j'adore.


Et pour finir en beauté, deux starlettes en goguette, incognito, que j'ai eu la chance de photographier presque à leur insu :o)



Vous avez raté Explosition cette année, alors restez à l'affut, la prochaine aura lieu en 2015, quelque part dans la haute lande, en juin ou en septembre ...

J'en profite pour remercier toutes ces dames et tous ces messieurs, tous ceux que je ne peux pas montrer ici, qui m'ont permis de passer des moments inoubliables, et que j'espère retrouver pour de nouvelles aventures.