mardi 31 mars 2015

Petit truc pour panne de fil au montage mailles tricot


Si comme moi vous montez vos mailles au tricot avec le fil en double, il vous arrive peut-être de vous retrouver à court de fil quand vous êtes presque arrivée/é au bout ...
Pourquoi le fil en double ? juste parce que ma grand-mère m'a appris comme ça ... et je trouve aussi que ça donne une bordure plus costaude et plus régulière, j'aime bien.


210 mailles à monter, et à la 200ème ... trop court.


Je prends un bout de fil que je passe dans la boucle de mon fil de montage.


Me voilà arrivée au bout de mes 210 mailles sans risque que les dernières mailles se défassent.




dimanche 29 mars 2015

Housse douillette


Comme on n'est pas que des veaux et/ou des génisses, on se fait des trucs avec trois fois rien, pour que des détails de la vie courante soient notre confort, et qu'on puisse se reposer la tête dans notre nid, notre grotte ou notre terrier etc, sans passer par la case Conso.

Aujourd'hui, c'est le grand jour Housse douillette pour machine à coudre
que voici 

J'allais dire :"vite fait, bien fait !", mais pas du tout, ça fait belle lurette que les pièces mesurées et coupées attendaient dans un carton d'être assemblées.


Les beaux jours printaniers vont finir par se pointer et il va falloir songer au grand nettoyage de printemps, alors je commence à fureter dans les coins pour élaguer un peu le travail qui m'attend.

Donc, la voici la voilà, faite de quatre pièces découpées dans un pull acheté 1 euro à Landes Partage (je crois que je vous dis leur nom pour la première fois, il s'agit d'une association d'économie sociale et solidaire), un jacquard industriel un peu bariolé parfait pour remplacer la moche housse en plastique vendue avec la machine.


Et ce sont les souris qui vont apprécier l'hiver prochain, un bel endroit pour se faire une chouette réserve où se boulotter les glands amassés.




mardi 24 mars 2015

Les boules !!!


Ah ben ouais ! j'ai les boules ... c'est pas que d'aujourd'hui, ça fait longtemps, mais la plupart du temps, j'arrive à mettre le couvercle, des bémols, de l'eau dans mon vin etc, mais là ... je me dis, pourquoi continuer à se taire ? surtout que je ne suis pas une gueularde ... je peux pas, ça monte tout de suite dans les aigüs et ça donne nul, alors je m'abstiens.

Mais quand même, je pensais juste cette nuit, quand je ne pouvais plus dormir, que j'allais Leur suggérer une bonne solution à tous Leurs problèmes : une bonne puce électronique dans le cerveau, et hop, on n'en parle plus : tout le monde sera bien surveillé et même, s'il y en a un ou une qui ne pense pas comme il faut, il n'y aura qu'à les déconnecter, ou alors une bonne petite décharge et on remet les circuits à zéro ! Et voilà ! 
Tout irait beaucoup mieux dans le meilleur des mondes !

Les souvenirs remontent à la surface ...
... ceux des images de THX 1138 ... vous connaissez ?
C'est le premier film de Georges Lucas sorti en 1971. 


Je l'ai vu à la télé quand j'étais ado, un après midi, je ne savais pas qui était Georges Lucas, je ne savais pas qui était le réalisateur ... je me suis juste retrouvée devant, par le plus grand des hasards, et j'ai pris une bonne claque dans la g....e
Pas d'effets spéciaux, pas de décors démentiels, pas de musique tonitruante ... avec un air de Meilleur des Mondes de Aldous Huxley.
Pour moi, c'est LE film de SF par excellence, même si j'en adore beaucoup d'autres ... parce que c'est celui là qui m'a mis le pied dedans ... et la tête aussi,
 Quoique .... je crois bien que j'avais déjà vu Fareneight 451, inoubliable aussi.


Je pense aussi très vite à la trilogie de Andreas Eschbach




Trois fois 350 pages en moyenne qui se lisent comme ... comme ... je sais pas moi, euh, comme Oui-oui par exemple. Quand on a finit, on dit : "Encore !!!!" On en redemande, c'est écrit merveilleusement bien, ça coule de source, et l'histoire, on ne la lache plus. Les héros sont des ados .... on s'attache à eux, on veut les suivre, les aider ... 
Et puis Eschbach, c'est un écrivain qui vient du monde de l'informatique dans lequel il travaillait ... mais il écrivait déjà je crois, avant de bosser là dedans. En tout cas, il en parle tellement bien qu'on a l'impression d'en savoir autant que lui.
Franchement, ce sont trois bouquins que je vous conseille vivement.

Et pour finir sur une note positive (l'histoire de Eschbach finit bien ... pas de souci), pour revenir au cinoche, si vous l'avez déjà vu et bien revoyez-le, c'est le moment ... hi, c'est toujours le moment d'ailleurs ... 


C'est un petit bijou, il fait partie de mes films préférés, un ticket en allers-retours pour le bonheur ... bien loin de l'eau de rose et/ou de l'eau de boudin, on vole au dessus de la mélée, au dessus de tout ... 
Et surtout, il faut savoir que l'histoire est basée sur une histoire vraie,  celle du réalisateur Michel Leclerc et de sa compagne Baya Kasmi. 


 




dimanche 8 mars 2015

E la nave va !


Puisqu'il paraît que la Terre ne s'est pas arrêtée de tourner, me revoici, je sors de mon terrier, de mon abri anti-mystomique en ce jour de soleil, de printemps, et des Femmes ... ah merci de nous donner un petit jour par an, quelle gratitude ... mais il faudra faire un gros effort, parce que des jours, on n'en veut pas qu'un, on les veut tous !!!

Alors pour le coup, je viens vous présenter mes deux nouvelles copines, tout d'abord




et


Avec elles, j'ai passé un hiver sous d'autres cieux, à découvrir, me marrer, voyager dans ma tête et celles d'autres femmes, du monde entier ...